Présentation aux élus et aux bénévoles du nouveau logiciel de la bibliothèque

Samedi 22 janvier l’Amicale Laïque a présenté aux élus de la municipalité et aux bénévoles le nouveau logiciel de la bibliothèque.  La municipalité était représentée par Mme Le Troadec, Maire, Mme Le Rhun, adjointe au maire et Mrs Denis et Bernard, adjoints au Maire.

Le président de l’Amicale Laïque a dressé un état des lieux de la situation de la bibliothèque et a tracé les grandes orientations pour permettre à la bibliothèque de franchir un nouveau cap.

******************

Inauguration Logiciel Bibliothèque.

     Samedi 22 janvier 2022

 

Mme Le Troadec Maire de Penmarc’h, Mme Le Rhun Adjointe au Maire, Mr Stéphan et Mr Bernard adjoints au Maire.

Mmes et Mrs les membres de l’Amicale Laïque.

Nous sommes réunis aujourd’hui pour un évènement qui de prime abord semblerait être la reconnaissance d’un achat financier commun.

Cet aspect est certes réel. Le logiciel que nous allons vous présenter est le produit du regroupement de deux sources de financement, 7 000€ pour la commune et 3 000€ pour l’Amicale Laïque. Les chiffres sont là et parlent d’eux même. L’effort de la ville est important et au nom du Conseil d’administration, je tiens à en remercier Mme Le Troadec, Maire de notre commune. L’effort de l’Amicale n’en est pas moins important puisque cet effort est de l’ordre de 10% de son budget

Mais, au-delà des chiffres, l’effort de la collectivité, et la confiance qu’elle nous fait, va nous créer des devoirs. Nous allons devoir profiter de cet investissement pour réinventer le fonctionnement de notre bibliothèque, pour le porter au niveau des exigences de ce que doit être en 2022 un lieu de lecture publique.

Notre bibliothèque est une bibliothèque associative. L’histoire en a décidé ainsi. Elle est le produit d’une longue tradition des amicales laïques dans leurs efforts pour développer la culture dans notre commune.

Le fait que notre bibliothèque soit associative est une chance non seulement parce qu’elle est le produit de l’histoire et donc du développement des idéaux de la laïcité mais aussi parce qu’elle s’inscrit dans une perspective d’avenir. Par sa facilité d’adaptation aux exigences de ce que doit être un lieu de lecture publique, la structure associative offre de grandes possibilités de développement et d’adaptation. J’en prendrai pour exemple l’ouverture du dimanche. Cette ouverture a été demandée par deux rapports de l’Assemblée nationale sans résultats notables. Sur les 11 médiathèques de QBO une seule est ouverte le dimanche. A ma connaissance aucune autre bibliothèque ou médiathèque de Cornouaille n’est ouverte le dimanche. Et bien là, nous à Penmarc’h, nous sommes à la pointe de la modernité et du service aux administrés

Il y a deux ans, nous avions chiffré à 1 ETP et demi l’investissement de nos bénévoles. Il s’établit actuellement à 1,7 ETP. Pour la mise en place de ce nouveau logiciel, nous avons dépassé les 2 ETP. Cela s’explique par le fait que ce logiciel apporte un gain qualitatif certain, mais suppose un investissement humain important et ce au minimum pendant plusieurs années.  Le temps consacré au catalogage en particulier est très important.

Comment ce logiciel va-t-il s’inscrire dans le développement de notre politique culturelle ?         Quel est l’état des lieux actuellement ? Que mettons-nous en œuvre ?

  • Plus de 200 lecteurs adultes ; une centaine d’enfants.
  • L’organisation de visites régulières des classes des deux écoles publiques de la commune.
  • Bébé bouquine avec les assistantes maternelles
  • Le prix des incorruptibles en direction des enfants des classes élémentaires. Il faut préciser que cette action est entièrement prise en charge financièrement par la bibliothèque.
  • Blogtonlivre en direction des ados
  • Le club de lecture
  • La participation au prix du premier roman du Goéland Masqué
  • Un partenariat avec les paniers de la mer, partenariat récemment mis en œuvre. Ce partenariat consiste à accueillir les salariés à la bibliothèque et à mettre régulièrement des caisses de livres à leur disposition.
  • Les visites des résidents de l’EPAHD
  • Des expositions

Ce qui est mis en place est considérable. C’est le fruit du dévouement des 20 bénévoles qui se relaient pour permettre ce fonctionnement.

Il nous reste maintenant à œuvrer pour entrer dans une nouvelle dimension à l’image de ce que peut permettre ce nouveau logiciel.

La population de Penmarch change. 45% des Penmarchais sont installés depuis moins de 10 ans. Je ne suis pas sûr que nous touchions cette population ou du moins très peu. Le nouveau logiciel nous permettra de répondre à cette question par les stats précises dont nous pourrons disposer.

Autre population que nous ne touchons pratiquement pas : les demandeurs d’emploi. Ils sont pourtant plus de 500 sur notre commune (10%).

Un autre objectif, c’est le rajeunissement de notre lectorat. 47% des habitants de Penmarc’h ont plus de 60 ans, or chez nos lecteurs ils sont 76%. On voit bien le fossé qui nous sépare de la réalité de la situation de notre commune.

Autre interrogation : 590 personnes vivent sous le seuil de pauvreté (moins de 1 100€ par mois pour une personne seule). Nous ne savons pas combien nous en touchons. Probablement très peu. Quels dispositifs pourrons-nous mettre en place pour aller vers ces populations démunies et probablement pas ou peu demandeuses de lecture ?

Voilà des chantiers qui nous attendent : étendre notre sphère de lectorat à d’autres publics. Demandeurs d’emploi, personnes en situation difficile en termes de revenus, nouveaux habitants, rajeunissement de notre lectorat.

Comment faire ? Développer les partenariats.

  • En premier lieu avec la municipalité qui est notre interlocuteur naturel. Une fois identifiées les priorités, comment par exemple adapter des conditions d’accès préférentielles, y compris en termes de tarification. Ce qui supposerait évidemment une aide municipale adaptée.
  • Quelles passerelles pouvons-nous contribuer à mettre en place avec le CCAS ?
  • Avec les associations. Le Secours populaire, Héol, les associations de parents d’élèves, le Goéland Masqué.
  • Il va nous falloir aller au-devant de nos publics potentiels et ne pas attendre qu’ils fassent le pas d’eux même.
  • Il va également falloir rendre nos abonnés acteurs. En premier lieu, leur permettre l’accès au portail public de notre nouveau logiciel. Il faudra que nous organisions des évènements pour faire savoir que ce portail existe ; il faudra aussi que nous rendions plus transparents l’usage de ce portail. Cela veut dire en pratique des actions d’information et de formation en direction de nos abonnés.
  • Faire de notre bibliothèque un lieu de vie, d’expression, de culture. Ce qui peut supposer de profondes mutations.

De ce point de vue une question se pose. Nous sommes bibliothèque et pas médiathèque. Là encore l’histoire a tranché. Le projet municipal d’il y a déjà trois mandatures a conçu une bibliothèque sans possibilité d’extension ou de transformation. La salle informatique n’a pas de communication possible avec la bibliothèque ce qui limite considérablement les échanges potentiels. Certes, nous utilisons la Médiathèque. Nous sommes d’ailleurs les seuls. Mais cela n’est pas suffisant et il va falloir que nous travaillions conjointement sur les passerelles possibles. Nous sommes preneurs de toutes les idées qui iraient en ce sens.

Néanmoins, il nous faudra bien réfléchir sur le fait qu’une bibliothèque ce ne sont pas seulement des rayonnages avec des livres. Organiser de nombreuses animations, voilà une piste à creuser.

Enfin, il faut aussi évoquer un autre partenariat entre la Mairie et l’Amicale Laïque. Nous avons organisé en commun les journées de la langue bretonne, à la suite de quoi la ville a offert à la bibliothèque des ouvrages écrits en breton à destination des enfants, pour je crois un montant de 1 000€. Ces ouvrages sont maintenant catalogués dans le logiciel, donc accessibles au public. Il nous appartient maintenant de faire vivre ce stock de livres en organisant une ou des animations.