Article du Télégramme du 19 mai 2019

« De la nécessité de la laïcité »,
par Eddy Khaldi

« La définition de la laïcité est sujette à des interprétations contradictoires liées pour partie à l’instrumentalisation politique de la religion », indiquait en préambule Eddy Khaldi.

Président de la Fédération nationale des Délégués départementaux de l’Éducation nationale (DDEN), Eddy Khaldi a proposé jeudi soir une conférence sur le thème « De la nécessité de la laïcité » à la Maison pour tous.

En préambule, Nicole Poulmarc’h, présidente des DDEN du Finistère, a présenté l’intervention d’Eddy Khaldi sur la laïcité, sujet qui a soulevé différentes polémiques récentes. « La définition de la laïcité est sujette à des interprétations contradictoires liées pour partie à l’instrumentalisation politique de la religion. Car plus que les citoyens, ce sont bien les comportements de certains élus qui menacent le plus la laïcité aujourd’hui.

Pour certaines personnalités politiques, la laïcité est un moyen de lutter contre telle ou telle communauté. Ils font donc du cléricalisme à géométrie variable alors que la laïcité est justement une forme d’anticléricalisme », a indiqué Eddy Khaldi dans son introduction, avant de définir clairement ce qu’était ce principe républicain.

« La République assure la liberté de conscience de chaque individu »

« La laïcité, c’est d’abord un principe juridique et politique inscrit dans notre Constitution depuis 1946.

Ce qui la définit, c’est la loi de séparation de l’Église et de l’État du 9 décembre 1905. Celle-ci dit deux choses.

En premier lieu, la République assure la liberté de conscience de chaque individu. Ce primat de la liberté de conscience permet de définir et de reconnaître toutes les autres libertés.

Le deuxième élément, c’est l’égalité de droit de tous les citoyens quelle que soit leur croyance religieuse ou leur non-croyance. Cela signifie également que l’État, sans pour autant méconnaître les religions, n’en reconnaît aucune institutionnellement », a précisé Eddy Khaldi devant l’assistance composée essentiellement de DDEN venus de Châteaulin, bien sûr, mais aussi d’autres villes du département.

« Cette liberté de conscience de croire, ne pas croire ou de pratiquer en toute liberté son option spirituelle, est garante de l’égalité de tous les citoyens. En dehors de toute influence religieuse, l’enseignement public laïque et gratuit permet à tous de bénéficier d’une instruction et de contribuer ainsi à l’émancipation de chacun pour devenir un citoyen libre ».